mardi, 08 février 2011

Elections communales 2011: pourquoi une liste de « déi Lénk » à Dudelange ?

Lors des élections communales en octobre, pour la première fois une liste de gauche se présentera  à Dudelange. Le souci prioritaire de « déi Lénk » est de promouvoir la participation citoyenne et une politique plus sociale au niveau communal. Nous luttons vigoureusement contre la politique d’austérité néolibérale mise en œuvre par le gouvernement CSV-LSAP, politique de récession qui se manifeste aussi à niveau communal. Oser plus de démocratie signifie aussi se battre contre le pouvoir absolu, depuis trop d’années, du LSAP à Dudelange. Notre commune manque de voix critiques et de discussions politiques sur les sujets d’actualité ! Une présence forte de « déi Lénk » est une nécessité!

1) Depuis des décennies, le LSAP a oublié de mener une politique d’urbanisation digne de ce nom. A Dudelange, ce n’est pas le conseil communal, mais ce sont les promoteurs immobiliers privés qui déterminent le développement et l’aspect de notre localité. La majorité LSAP n’a malheureusement pas continué la politique de logements sociaux menée par ses édiles d’antan. Aujourd’hui à Dudelange, il n’y a plus aucun grand projet de construction de logements comme il y en avait du temps de Jängy Fohrmann, où fut construit le quartier Wolkeschdall afin de permettre aux salariés l’accès à leur propre habitation. Aux temps où les terrains à bâtir étaient encore bon marché, le conseil échevinal LSAP a raté l’occasion d’acquérir des terrains à bâtir pour le compte de la commune. Aujourd’hui, le LSAP s’en remet à la seule initiative de promoteurs privés, ce qui a pour conséquence que les jeunes ménages dudelangeois n’ont pas d’autre choix que de s’endetter lourdement pour toute leur vie s’ils veulent acquérir leur propre logement. Malheureusement, la future valorisation urbanistique des friches industrielles ARBED semble suivre la même voie : laisser faire les promoteurs privés!

2) Le problème de la garde des enfants devient de plus en plus aigu, dans la mesure où de plus en plus de parents sont obligés de travailler conjointement pour arriver à joindre les deux bouts à la fin du mois. Là encore à Dudelange le LSAP s’en remet au secteur privé : il y a de plus en plus de crèches privées qui – pour augmenter leur rentabilité – ont tendance à recourir à du personnel non qualifié. La Ville de Dudelange doit prendre l’initiative de créer de nouvelles crèches disposant exclusivement de personnel formé et compétent.

3) La politique menée par le LSAP au niveau de l’enseignement primaire ne s’engage pas suffisamment pour une vraie intégration scolaire des enfants issus de l’immigration : ainsi, au quartier « Petit Italie », l’école ne compte pratiquement que des élèves étrangers, qui de ce fait ont du mal à apprendre le luxembourgeois et plus tard l’allemand. Les chances de conclure leur scolarité avec succès de ces élèves seraient nettement améliorées si la commune fermait l’école du quartier « Italie » pour répartir dans les classes comptant plus d’élèves maîtrisant la langue luxembourgeoise. De plus la mise en place d’une école à plein temps (« Ganztagsschule ») serait très bénéfique tant pour les enfants que pour leurs parents.

4) En ce qui concerne l’aménagement urbain, et contrairement à Esch-sur-Alzette, Luxembourg, Thionville, Arlon ou Trèves, la majorité LSAP de Dudelange n’a toujours pas le courage de mettre en place une zone piétonne. Apparemment, notre conseil échevinal préfère une « Niddeschgaass » encombrée par les voitures, un centre commercialement de moins en moins attractif (cf. magasins vides), et ceci malgré les honoraires élevés versés à un bureau d’études allemand chargé par la commune d’élaborer un projet de développement urbain. Pour ne pas se présenter aux élections les mains vides, voilà que le LSAP présente pour la nième fois le projet immobilier « Parking Poste », confié, une fois de plus, au privé.

Les autres sections

Photos

no images were found